Lenovo Miix 320 iCR

Le Miix 320 combine un ordinateur portable et une tablette dans un même appareil léger. Le clavier est amovible, l'autonomie annoncée est de 10 heures (un peu moins sous Ubuntu malheureusement). L'écran/tablette a une dimension de de 10,1 pouces (≈25,7 cm) qui affiche une définition de 1 920 x 1 200 px. Le processeur est un Intel Atom x5 de génération Cherry Trail, accompagné de 2 ou 4 Go de mémoire vive et 32 à 128 Go de stockage en eMMC. La configuration n'en fait pas une "bête de guerre", elle est même assez légère, notamment pour Windows. C'est un appareil simple et bon marché, adapté à des tâches bureautiques simples, du surf sur le web et un peu de vidéo. Avec Ubuntu on gagnera forcément en fluidité.

Ce qui est dommage c'est que pour le moment (février 2019) ni la webcam ni le stockage externe microSD ne sont reconnus par Linux. En version 18.10 d'Ubuntu il faut ruser pour que l'écran daigne s'allumer au démarrage. Sous ces réserves l'appareil fonctionne bien avec notre distribution favorite.

Le tableau suivant récapitule la prise en charge du matériel de portable par les différentes versions d'Ubuntu. Il utilise les notations suivantes :

  • OK 32 bits Fonctionne immédiatement en 32 bits.
  • OK 64 bits Fonctionne immédiatement en 64 bits.
  • 32 et 64 bits Fonctionne immédiatement en 32 et 64 bits.
  • Fonctionne après config Fonctionne après quelques manipulations
  • Ne fonctionne pas Ne fonctionne pas
  • |Pas testé Pas d'informations disponibles
  • Information obsolète Information de support trop ancienne, si possible mettez là à jour.
Version Installation Carte graphique Son Casque audio Wifi Bluetooth Webcam Touchpad Raccourcis multimédia Autres
18.10 OK 64 bits OK 64 bits OK 64 bits |Pas testé OK 64 bits |Pas tes{té Ne fonctionne pas OK 64 bits OK 64 bits Fonctionne après config : pb écran noir au démarrage
19.04 OK 64 bits OK 64 bits OK 64 bits |Pas testé OK 64 bits |Pas tes{té Ne fonctionne pas OK 64 bits OK 64 bits Fonctionne après config : pb écran noir au démarrage

Utilisateurs du Wiki possédant cet ordinateur, fonctionnel :

Cet ordinateur portable n'est à priori pas tatoué.

Modifier les réglages du BIOS

Accéder au BIOS

Au démarrage, ni l'appui sur « Delete », ni sur « Esc », « F1 », « F8 », « F10 », « F12 » ou tout autre touche ne permettent d'accéder au BIOS. Il convient donc d'utiliser une méthode spécifique à ce modèle d'appareil.

Pour faire apparaître le BIOS, machine éteinte, il convient d'appuyer simultanément sur le bouton de démarrage et le bouton d'augmentation du volume sonore (+). L'appui simultané doit être maintenu sur les deux touches jusqu'à l’apparition de l'écran de lancement Lenovo (ou de l'allumage de la led sur le côté de l'écran).

Désactiver le Secure Boot

À l'apparition du menu BIOS, choisir « BIOS Setup » (avec le clavier ou le doigt), se rendre ensuite dans « Configuration », faire défiler vers le bas puis passer « Secure Boot » à « disabled ». Se rendre dans « Exit » avec la flèche droite puis choisir « Exit Saving Changes » pour enregistrer les modifications. L’ordinateur démarre, il faut laisser la séquence de démarrage aller jusqu'à son terme (lancement Windows) puis l'arrêter (avec Windows) pour pouvoir lancer le live USB.

Mettre à jour le BIOS

Une mise à jour du BIOS est recommandée préalablement à l'installation d'Ubuntu. Le fichier *.exe se télécharge sur le site du constructeur (ici). La mise à jour se fait depuis Windows. Il est plus que conseillé de sauvegarder préalablement ses données et de fermer toutes les applications. Le « flashage » du BIOS se fait avec la machine alimentée par le secteur et sans interrompre l'opération, au risque de perdre définitivement l’appareil. Il suffit d'exécuter le pilote téléchargé pour lancer l'opération.

Installer Ubuntu

Opérations préliminaires

Le Miix 320 étant livré avec Windows 10 préinstallé, l'ensemble de la partition est dédié à l'OS de Redmond. Il va falloir faire de la place pour Ubuntu et repartitionner. Une partie de ces opérations doit se faire avec Windows avant de passer la main à l'univers GNU/Linux.

Si le Miix 320 est annoncé en plusieurs versions dont une dotée de 126 GO de disque SSD, cette version est devenue quasi introuvable début 2019. Il est également possible d'arbitrer entre une mémoire vive de 2 GO et de 4 GO, la deuxième solution est évidemment préférable.

En raison des restrictions d'usage malheureusement non résolues à ce jour, il est conseillé de maintenir, au moins au début, un dual boot Windows/Ubuntu. Avec un disque de 32 GO, c'est quasiment impossible. Il est donc conseillé de se rabattre sur un disque de 68 GO à défaut de 126. L'espace de stockage sur microSD n'étant pas reconnu, il n'est pas possible de l'utiliser.

Sauvegarder ses données

Si des données personnelles sont présentes sur le disque Windows, il convient évidemment et impérativement de les sauvegarder sur un support externe. Dans la suite du tuto, on considère que les données personnelles ont été supprimées de l’appareil.

Modifier le partitionnement Windows

Il est utile lorsque l'on fonctionne en dual boot de pouvoir partager les données personnelles entre les différentes OS. C'est également une mesure de sécurité reconnue. Il est donc conseillé de déplacer le répertoire personnel Windows sur une partition séparée de la partition système (une méthode ici).

Le wiki Ubuntu n'est pas le lieu approprié pour décrire la méthode de partitionnement Windows. Ce lien peut y aider, tout comme des centaines d'autres que vous indiquera votre moteur de recherche favori (de préférence basé loin de San Francisco).

Il est proposé de fixer à 20 GO la taille de la partition Windows et à 10 GO celle de la partition utilisateur Windows. Cette étape doit impérativement être réalisée avant de passer à l'installation d'Ubuntu.

Lors du repartitionnement il suffit de réduire la taille de la partition Windows à 20 GO et de créer une partition utilisateur de 10 GO, ne pas toucher à la partition EFI qui sera conservée, ni à la partition de récupération (WINRE_DRV) afin de préserver la possibilité de restaurer le disque à l'état usine en cas de problème. Une « partition réservée Microsoft » de 16 Mo doit également être conservée.
Selon l'organisation du disque, il est possible que le partitionnement du disque laisse non alloués un ou deux espaces de 1MO, ne pas s'en préoccuper.

À l'issue de la manipulation il restera un espace non alloué sur le disque de 28 GO environ, qui sera utilisé pour installer Ubuntu lors de l'étape suivante. 20 GO seront attribués à Ubuntu et le solde disponible (8 GO) à la partition utilisateur. Songer à investir dans une clé USB proposant un beau volume de stockage pourrait se révéler utile (USB type C conseillé pour pouvoir y accéder en mode tablette, les 2 autres prises USB étant situées sur le clavier détachable).

Live-CD

Aucun lecteur CD dans l’appareil, l'installation se fait par une clé live-usb (bootable).

Démarrer sur la clé USB

La clé USB bootable est créée sur la base de la version AMD 64 bits d'Ubuntu. Il est proposé de télécharger l'iso sur le site puis de l'installer avec Unetbootin sur une clé USB préalablement formatée.

Démarrer l'appareil selon la méthode indiquée ci-dessus pour accéder au BIOS puis sélectionner « Boot Menu ». À ce stade l'écran doit mentionner un « EFI USB Device » suivi de la marque de la clé USB, choisir cette option puis appuyer sur « Entrée » (ou cliquer avec le doigt).

A l'affichage du menu grub qui permet de choisir d'essayer Ubuntu en session live ou de l'installer directement, certains posts de blog conseillent d'éditer manuellement la séquence d'initialisation. Avec Ubuntu 18.10 cette manipulation ne semble plus nécessaire, toutefois si l'écran reste noir après le choix de l'utilisateur, voici la méthode de contournement proposée. Elle suppose que l'ordinateur soit redémarré pour booter à nouveau sur la clé USB.

Lorsque le menu grub s'affiche, ne cliquer sur aucune des options et passer en mode édition en appuyant sur la touche « e ». La séquence des opérations d’initialisation s'affiche, elle n'est pas particulièrement parlante pour l'amateur. Ce n'est pas nécessaire de comprendre l'ensemble de la séquence, il suffit de se déplacer sur l'écran avec les flèches de direction. Juste au dessus de la ligne commençant par « linux » insérer une ligne ainsi rédigée :

set gfxpayload=keep

À la fin de la ligne qui commence par « linux », compléter par les mentions suivantes (avant —) :

nomodeset i915.modeset=1 fbcon=rotate:1

Le résultat final devrait ressembler au code ci-dessous :

set gfxpayload=keep
linux        /casper/vmlinuz.efi file=/cdrom/preseed/ubuntu.seed boot=casper quiet splash nomodeset i915.modeset=1 fbcon=rotate:1 ---

Sauvegarder la modification par « ctrl + X » (celle-ci ne sera pas permanente) ce qui provoque un retour au menu grub dans lequel il est désormais possible de choisir « Try Ubuntu without installing ».

Le menu grub se lance et permet soit d'essayer Ubuntu sans l'installer ( « Try ubuntu… » ), soit de passer immédiatement à l'installation. Choisir « Try Ubuntu without installing » et attendre un certain temps (qui peut sembler bien long) que le système se lance.

Tant que l'installation d'Ubuntu n'est pas lancée, le démarrage sur clé USB bootable est possible sans même qu'aucune opération préalable n'ait été réalisée dans Windows, par exemple pour tester la distribution. La désactivation du « Secure Boot » est en revanche nécessaire pour autoriser le démarrage sur clé USB bootable.

Dés lors que les données personnelles sont sauvegardées, que le « Secure Boot » est désactivé et que la partition Windows a été réduite, il est désormais possible de lancer l'installation d'Ubuntu.

L'installateur va le demander mais il peut être plus confortable de connecter préalablement à l’installation l'ordinateur au Wifi (clic en haut à droite de la fenêtre).

Options d'installation

Cliquer sur « Install Ubuntu » pour démarrer l’installation et choisir la langue d'installation.

Dans la fenêtre suivante, le choix de la disposition du clavier permet d'utiliser un clavier différent de celui de la langue d'installation (par exemple un clavier QWERTY dans une installation française).

Dans l'onglet « Mise à jour et autres logiciels », choisir « installation normale » et cocher « Télécharger les mises à jour pendant l'installation d'Ubuntu » (si le wifi n'est pas connecté, c'est à cette étape qu'il sera demandé de le faire en choisissant le réseau et renseignant le mot de passe). Cette option n'est pas obligatoire mais facilite l'installation.

Cocher également « installer un logiciel tiers pour le matériel graphique et Wi-Fi et des formats de média supplémentaire ». Cocher cette case est un accroc à la culture du libre mais une nécessité pragmatique : sans pilote propriétaire il sera bien difficile de faire fonctionner le Miix 320.

Après quelques instants d'initialisation, l'onglet « Type d'installation » invite à choisir la manière d'installer Ubuntu sur l'ordinateur. Il est bien entendu possible de choisir « Effacer le disque et installer Ubuntu » qui devrait être le but ultime de ce tuto, toutefois, pour les raisons ci-dessus exposées, c'est l'option « Installer Ubuntu à coté de Windows Boot Manager » qu'il est conseillé de retenir.

À noter que cette option n'autorise pas le chiffrement de la partition utilisateur qui sera donc réalisée ultérieurement.

Partitionnement

Afin d'organiser l'utilisation du disque conformément au schéma envisagé (20 GO pour Windows, 10 GO de partition utilisateur Windows, 20 GO de partition Ubuntu et 8 GO de partition utilisateur Ubuntu), cliquer sur « outil de partitionnement avancé » dans l'onglet « Installer Ubuntu à côté de Windows Boot Manager ». Par conséquent, ne pas cliquer sur « Installer maintenant ».

Le choix du périphérique d'installation du programme de démarrage (disque EFI, probablement /dev/mmcblk0p1) est sélectionné par défaut, ne pas le modifier sauf à avoir de bonnes raisons pour le faire (et à être trop qualifié pour trouver un quelqconque intérêt à ce tuto).

Sélectionner l'espace libre situé entre la partition Windows et la partition de Recovery et cliquer sur « + » pour créer la partition. Choisir « ext4 » puis « / » comme point de montage. Fixer la taille de la partition à 20 GO. Il est conseillé de formater cette partition.

Recommencer l'opération pour l'ensemble de l'espace laissé vacant sur le disque (environ 8 GO pour un disque de 68 GO si les propositions du tuto ont été suivies), choisir « ext4 » à nouveau et « /home » comme point de montage.

Voilà, le partitionnement est enfin défini. Il n'y a plus qu'à cliquer sur « Installer maintenant » pour lancer l'installation. Une fenêtre de confirmation permet de vérifier une dernière fois que les options sélectionnées ont été correctement saisies, notamment celles de formatage.

Derniers réglages

Choix du fuseau horaire (il est possible de positionner l'épingle par un « glisser-déposer » en restant sur le fuseau horaire de Paris et de choisir un autre nom de ville que Paris - Marseille, Limoges, Riboux ou Saint-Denis par exemple).

Enfin choix du nom d'utilisateur, de celui de l'ordinateur (il l'utilisera sur le réseau) et du mot de passe.

L'installation démarre. Elle prend un certain temps. Normalement,à l'issue de la phase d'installation Ubuntu est fonctionnel.

Modifier Grub

La plupart des posts de blog consultés invitent les utilisateurs à modifier la séquence de grub pour améliorer la gestion de l'écran et régler un problème de rotation (format portrait à l'allumage). L'auteur de ces lignes n'a pas rencontré cette difficulté avec Ubuntu 18.10 « Cosmic Cuttlefish », toutefois pour être complet la manipulation est ci-dessous reproduite :

  • Réaliser une copie de secours de /etc/default/grub

Par précaution et afin de pouvoir éventuellement rétablir la situation, il est recommandé de commencer par créer une copie de secours du fichier qui va être modifié au cours de l'étape suivante :

usr@pc:~$ sudo  cp /etc/default/grub /etc/default/grub.anc
  • Ouvrir pour modification le fichier /etc/default/grub
usr@pc:~$sudo -H gedit /etc/default/grub

Le fichier a l’apparence de l'exemple ci-dessous :

# If you change this file, run 'update-grub' afterwards to update
# /boot/grub/grub.cfg.
# For full documentation of the options in this file, see:
#   info -f grub -n 'Simple configuration'

GRUB_DEFAULT=0
GRUB_TIMEOUT_STYLE=hidden
GRUB_TIMEOUT=10
GRUB_DISTRIBUTOR=`lsb_release -i -s 2> /dev/null || echo Debian`
GRUB_CMDLINE_LINUX_DEFAULT="quiet splash"
GRUB_CMDLINE_LINUX=""

# Uncomment to enable BadRAM filtering, modify to suit your needs
# This works with Linux (no patch required) and with any kernel that obtains
# the memory map information from GRUB (GNU Mach, kernel of FreeBSD ...)
#GRUB_BADRAM="0x01234567,0xfefefefe,0x89abcdef,0xefefefef"

# Uncomment to disable graphical terminal (grub-pc only)
#GRUB_TERMINAL=console

# The resolution used on graphical terminal
# note that you can use only modes which your graphic card supports via VBE
# you can see them in real GRUB with the command `vbeinfo'
#GRUB_GFXMODE=640x480

# Uncomment if you don't want GRUB to pass "root=UUID=xxx" parameter to Linux
#GRUB_DISABLE_LINUX_UUID=true

# Uncomment to disable generation of recovery mode menu entries
#GRUB_DISABLE_RECOVERY="true"

# Uncomment to get a beep at grub start
#GRUB_INIT_TUNE="480 440 1"
  • Modifier le fichier Grub

Ubuntu 17.10 à 18.10

Il est proposé de compléter le fichier grub par les lignes suivantes :

GRUB_CMDLINE_LINUX="nomodeset i915.modeset=1 fbcon=rotate:1"
GRUB_GFXPAYLOAD_LINUX=keep

Il est parfois proposé d'ajouter :

GRUB_GFXMODE=800x1280

Pour améliorer la gestion de la batterie (voir ci-dessous gestion de la batterie), une autre modification est possible :

GRUB_CMDLINE_LINUX="nomodeset i915.modeset=1 fbcon=rotate:1 modprobe.blacklist=axp288_fuel_gauge" 

Ubuntu 19.04 Avec la version 19.04 Disco d'Ubuntu, il ne semble pas qu'il y ait nécessité de modifier grub. À toutes fins utiles, une version de grub qui fonctionnne :

# If you change this file, run 'update-grub' afterwards to update
# /boot/grub/grub.cfg.
# For full documentation of the options in this file, see:
#   info -f grub -n 'Simple configuration'

GRUB_DEFAULT="0"
GRUB_TIMEOUT_STYLE="hidden"
GRUB_TIMEOUT="3"
GRUB_DISTRIBUTOR="`lsb_release -i -s 2> /dev/null || echo Debian`"
GRUB_CMDLINE_LINUX_DEFAULT="quiet splash"
GRUB_CMDLINE_LINUX=""

# Uncomment to enable BadRAM filtering, modify to suit your needs
# This works with Linux (no patch required) and with any kernel that obtains
# the memory map information from GRUB (GNU Mach, kernel of FreeBSD ...)
#GRUB_BADRAM="0x01234567,0xfefefefe,0x89abcdef,0xefefefef"

# Uncomment to disable graphical terminal (grub-pc only)
#GRUB_TERMINAL="console"

# The resolution used on graphical terminal
# note that you can use only modes which your graphic card supports via VBE
# you can see them in real GRUB with the command `vbeinfo'
#GRUB_GFXMODE="640x480"

# Uncomment if you don't want GRUB to pass "root=UUID=xxx" parameter to Linux
#GRUB_DISABLE_LINUX_UUID="true"

# Uncomment to disable generation of recovery mode menu entries
#GRUB_DISABLE_RECOVERY="true"

# Uncomment to get a beep at grub start
#GRUB_INIT_TUNE="480 440 1"
  • Enregistrer le fichier

Enregistrer les modifications (Ctrl + S) et fermer (Ctrl + Q)

  • Appliquer les modifications

À ce stade les modifications ne sont pas encore prises en compte. Pour les mettre en œuvre saisir dans le terminal :

usr@pc:~$ sudo update-grub

Les modifications seront appliquées au prochain démarrage de la machine.

Après l'installation et avant de redémarrer

Si tout s'est bien passé, Ubuntu doit s'être mis à jour pendant l'installation. Si aucune connexion réseau n'a été ouverte pendant l'installation, ce n'est évidement pas le cas.

Quoi qu'il en soit avant de redémarrer il est conseillé de mettre à jour le système. Deux commandes sont classiquement à saisir :

usr@pc:~$ sudo apt-get update && sudo apt-get upgrade

Installer Xubuntu

Xfce est un environnement de bureau plus léger que Gnome, il conviendrait donc parfaitement à un petit appareil comme le Lenovo Miix 320. C'est la raison pour laquelle de nombreux utilisateurs l'ont choisi. Pour les mêmes raisons, d'autres ont choisi Lubuntu. Le choix de Xubuntu emporte deux inconvénients : la rotation du bureau au démarrage est mal assurée (cf. modification de grub fbrotate) et un décalage sur l'écran tactile est consaté (qui peut se régler). Ces désagréments n'ont pas été constatés avec Gnom en version 18.10.

Installation de l'environnement de bureau

L'installation de Xubuntu se fait en saisissant les commandes suivantes dans le terminal :

usr@pc:~$ sudo apt-get update && sudo apt-get install xubuntu-desktop

Lorsqu'il est demandé quel gestionnaire connexion choisir, il est recommandé de rester avec gdm (plutôt que lightdm), au choix de l'utilisateur mais la compatibilité avec gdm paraît mieux assurée.

Correction du décalage de l'écran tactile

  • Utiliser Xinput pour repérer l'identificateur (ID) de l'écran tactile :
usr@pc:~$ xinput --list
  • Modifier la matrice de correspondance
usr@pc:~$ xinput set-prop "identificateur" 'Coordinate Transformation Matrix' 0 1 0 -1 0 1 0 0 1
Cela ne vous paraît pas très clair ? Ça ne l'est pas non plus pour le rédacteur de ces lignes. Si un internaute peut préciser, ce sera bienvenu !

Contrôle de luminosité

Sous ubuntu 18.10, le contrôle de luminosité paraît fonctionner. Toutefois l'amélioration ci-dessous décrite a bien fonctionné, donc pourquoi s'en priver ?

  • Ajout du dépôt
usr@pc:~$ sudo add-apt-repository ppa:apandada1/brightness-controller && sudo apt-get update 
  • Installation de l'application :
usr@pc:~$ sudo apt-get install brightness-controller-simple

Gestion de la batterie

Ajout de paquets

La gestion « native » de la batterie n'est pas optimale. La manipulation ci-dessous permet d'améliorer les choses.

  • Ajout du dépôt
usr@pc:~$ sudo add-apt-repository ppa:linrunner/tlp && sudo apt-get update
  • Installation de l'application :
usr@pc:~$ sudo apt-get install tlp tlp-rdw smartmontools ethtool

Modification Grub (liée à la batterie)

Cette modification est conseillée sur certains forums. Il n'est pas certain qu'elle soit utile avec Cosmic 18.10. Ajouter « modprobe.blacklist=axp288_fuel_gauge » à la ligne déjà ajoutée dans le fichier /etc/default/grub, ce qui donne :

GRUB_CMDLINE_LINUX="nomodeset i915.modeset=1 fbcon=rotate:1 modprobe.blacklist=axp288_fuel_gauge" 

Ne pas oublier, une fois le fichier modifié :

usr@pc:~$ sudo update-grub

Chiffrer la partition utilisateur

Il est possible de chiffrer sa partition utilisateur dans Ubuntu. Cette option, qui paraît particulièrement recommandée pour un appareil nomade, n'est pas offerte par l'installateur en mode dual boot. Il convient donc d’effectuer ce chiffrement une fois l’installation réalisée. Ci-dessous un guide rapide, pour davantage d'explications voir ici

Installer le paquet ecryptfs-utils

L’installation du paquet ecryptfs-utils se fait ainsi :

usr@pc:~$ sudo apt-get update && sudo apt-get install ecryptfs-utils

Copier l'ensemble de ses données personnelles

Avant toute manipulation, si des données personnelles ont été copiées dans le répertoire /home, il est impératif de les copier sur un disque amovible pour les préserver d'une éventuelle erreur.

Créer un nouvel utilisateur

Le chiffrement du répertoire personnel ne peut pas être réalisé à partir de la session utilisateur. Il faut donc créer un nouvel utilisateur avec les droits d'administration.

usr@pc:~$ sudo adduser --ingroup adm temporaire
usr@pc:~$ sudo adduser temporaire sudo

Chiffrer la partition /home

  • Quitter la session et se connecter avec le nouvel identifiant (temporaire).
  • Lancer le chiffrement de la partition /home
Choisir le mot de passe de session utilisateur comme phrase de passe afin que le mot de passe de connexion déverrouille la partition utilisateur. Ne pas utiliser un autre mot de passe ou le mot de passe de la session temporaire !
temporaire@pc:~$ sudo ecryptfs-migrate-home -u "usr"
  • Vérifier le contenu de la partition chiffrée
temporaire@pc:~$ su usr
...
temporaire@pc:~$ exit
  • Chiffrer la swap :
temporaire@pc:~$ ecryptfs-setup-swap
  • Supprimer l'utilisateur temporaire

Quitter la session temporaire et supprimer l'utilisateur temporaire :

usr@pc:~$ sudo deluser --remove-all-files temporaire

Pavé tactile

Le clic droit du pavé tactile peut ne pas fonctionner. Problème lié à Gnome et connu dés Ubuntu 18.04. La solution est ici, résolue en interface graphique avec gnome-tweaks.

Vous pouvez consulter la page consacrée au pavé tactile (touchpad) pour savoir comment utiliser toutes ses possibilités (ascenseur vertical, ascenseur horizontal, …). Le Touchpad présente souvent le défaut suivant : lorsqu'on tape au clavier, on clique sans le vouloir avec la paume. Consultez ce paragraphe pour corriger ce défaut.

Écran noir au démarrage

La principale difficulté rencontrée dans l'utilisation du Miix 320 avec Ubuntu 18.10 est un écran noir après le menu Grub. C'est agaçant. À ce stade aucune manipulation n'a solutionné le problème. Pour démarrer, il est donc nécessaire de replier l'écran après le « splash screen » puis d'attendre une bine trentaine de secondes avant de le relever pour obtenir l'écran d'accueil.

Méthode de contournement

  • Dans le menu grub, appuyer sur la touche « e » pour accéder à l'édition manuelle du Grub. Surtout ne rien modifier mais descendre d'une ligne ou deux avec les flèches puis cliquer sur « echap » pour revenir au menu (Pourquoi cela fonctionne-t-il mieux ainsi ? Mystère).
  • Lorsque l'écran est devenu noir, cliquer une fois (ou deux) sur le pavé tactile puis refermer l'écran sur le clavier
  • Attendre 30s
  • Relever l'écran.

Normalement l'écran de connexion devrait apparaître. Si ce n'est pas le cas, essayer d'appuyer sur « entrée » ou alors réinitialiser avec les touches magiques : « Alt + Ctrl + PrtScr + S » puis « Alt + Ctrl + PrtScr + E » « Alt + Ctrl + PrtScr + I » « Alt + Ctrl + PrtScr + U » « Alt + Ctrl + PrtScr + B »

Mode avion rémanent

Si l'appareil est éteint en mode avion, ou simplement si le Wi-Fi ou le Bluetooth sont éteints, au redémarrage ceux-ci sont réactivés ce qui peut être ennuyeux, par exemple en avion ou pour économiser la batterie.

La manipulation ci-dessous permet d'allumer l'appareil Bluetooth et Wi-Fi coupés. Il peuvent ensuite être allumés en mode graphique, tout simplement en se rendant dans l'applet situé en haut à droite de l'écran.

Pour le bluetooth

  • créer un fichier texte ainsi rédigé :
[Desktop Entry]
Type=Application
Name=Arrêt bluetooth
Comment=Au démarrage de la session, coupe le bluetooth.
Exec=rfkill block bluetooth
Icon=bluetooth
  • enregistrer ce fichier sous le nom « bluetoothSTOP.desktop » (ce qui importe est de terminer le nom par « .desktop »)
  • modifier le nom du propriétaire et les droits sur le fichier :
chmod 644 bluetoothSTOP.desktop
chown root:root bluetoothSTOP.desktop
  • déplacer le fichier dans le répertoire « ~/.config/autostart/ »
mv bluetoothSTOP.desktop ~/.config/autostart/

Pour le Wi-Fi

La méthode est identique à la méthode ci-dessus exposée. Le fichier wifiSTOP.desktop est ainsi rédigé :

[Desktop Entry]
Type=Application
Name=Arrêt Wi-fi
Comment=Au démarrage de la session, coupe le Wi-Fi.
Exec=rfkill block wlan
Icon=wlan
L'activation du Wi-Fi ou du Bluetooth peuvent se faire en mode graphique, manuellement. En mode console, les commandes « rfkill unblock bluetooth » ou « rfkill unblock wlan » permettent de les réactiver.
Pour retrouver le bluetooth et le wifi actifs au démarrage, supprimer les fichiers .autostart
  • lenovo_miix_320_10icr.txt
  • Dernière modification: Le 09/06/2019, 17:38
  • par zococo